Tinder veut mettre les choses au clair sur la manière dont sa plateforme classe et montre aux gens les correspondances potentielles, c’est pourquoi ils ont publié un message de blog sur le sujet. Malgré ce post, les choses restent encore assez vagues. Le système de score ELO (utilisé pour les matchs) était un « sujet d’actualité » il y a encore quelques années avec de nombreux débats. Désormais, ce système jugé injuste pour certains utilisateurs est définitivement terminé.

1. Le système ELO (l’ancien)

L’idée derrière le classement ELO était que Tinder classerait les gens en fonction de leur charme. Les classements ELO sont également utilisés pour classer les joueurs d’échecs, mais dans le contexte de Tinder, plus le nombre de personnes acceptent (ou aiment) le profil d’une personne, plus le classement qui lui est attribué augmente (plus on est matché, plus notre ELO score monte).

Chez Tinder, où les profils sont relativement limités dans leur portée, l’apparence d’une personne alimente souvent le désir de correspondre, alors les gens ont supposé que ces classements permettraient aux personnes les plus recherchées de se parler et aux personnes indésirables de se complaire dans un classement peu élevé.  

2. Uniquement le physique ?

Contrairement à d’autres applications, Tinder ne demande aux utilisateurs que de saisir leur âge, leur distance et leurs préférences en matière de genre. Il ne tient pas compte d’un classement de compatibilité, comme sa société sœur OkCupid, et ne propose pas de filtres basés sur la taille, la religion, ou l’origine ethnique, comme la plupart de ses concurrents. 

« Notre algorithme est conçu pour être ouvert », explique l’entreprise. « Aujourd’hui, nous ne comptons pas sur Elo – bien qu’il soit toujours important de considérer les deux parties qui Aime les profils pour former une correspondance ». 

Tinder ajuste les correspondances potentielles qu’un utilisateur voit chaque fois que quelqu’un agit sur son profil. Il semble que Tinder s’appuie sur quelque chose de similaire à l’algorithme de Gale-Shapley. Cet algorithme identifie des modèles autour des Aimes.

Explication :

Si VERONIQUE aime BERNARD et qu’une autre femme NATHALIE sur la plateforme aime aussi BERNARD, VERONIQUE et NATHALIE ont donc les mêmes goûts.

Les gouts de VERONIQUE vont être utilisés pour sélectionner des nouveaux potentiels intéressant pour NATHALIE et inversement.

3. Le nouvel algorithme encore un peu inconnu ?

Bien entendu, Tinder est aussi le plus grand gagne-pain de Match Group, il donne donc aux utilisateurs la possibilité de sauter complètement n’importe lequel de ces classements algorithmiques avec un achat dans l’application.

Tinder ressemble à une application gratuite, où tout le monde existe vraiment, mais à mesure que la plateforme se développe, elle doit organiser les profils de manière quelque peu personnalisée, sinon trouver une correspondance semblerait impossible. Bien que les classements de type ELO aient inquiété de nombreux utilisateurs, ils ont probablement amélioré l’expérience des personnes les plus recherchées, et si elles avaient glissé jusqu’au bas de Tinder, elles auraient probablement vu des personnes avec des classements plus bas.

Tinder, et toutes les applications de rencontre, doivent créer des correspondances et produire des rencontres avec des gens qui restent connectés régulièrement.

4. Bref